Les pèlerins de la rivière St-Jean Chronique de saumons et de saumoniers

de Mari Hill Harpur avec Eileen Regan McCormack

Salmon fishing on the Lower St. Lawrence. James J. Hill fishing Camp. Sea Winter Salmon.

« S’il est vrai que le saumon de l’Atlantique s’aventure aux confins du monde, il revient toujours à sa rivière d’origine pour frayer. Tout comme ce pèlerin retourne fidèlement au bercail, il en va de même des fidèles hôtes du Camp Hill. En 2001, le camp de pêche célébra son premier centenaire, ce magnifique refuge en rondins ayant survécu, intact, au passage des années. Pour nous, le nouveau millénaire avait commencé sans tambour ni trompette. Les célébrations du premier centenaire du Camp Hill eurent lieu en 2003. Nos festivités furent modestes, mais tous ceux qui étaient présents au camp cette année-là purent en mesurer l’importance historique. Le domaine avait franchi le cap du nouveau millénaire et nous avions maintenant les moyens, le désir surtout, de protéger notre rivière et de la préparer à accueillir les futures générations du Salmo salar. Nous étions fin prêts à nous engager dans notre fabuleuse entreprise de recherche aux abords de la rivière. »

Depuis les rivières où ils se reproduisent, de part et d’autre de l’océan, les saumons de l’Atlantique migrent vers de riches sites d’alimentation où ils grandissent rapidement. Le saumon de l’Atlantique, contrairement au saumon du Pacifique, qui meurt après avoir frayé, peut retourner en mer pour répéter le cycle de migration et de frai. Certains saumons de l’Atlantique ne passent qu’un seul hiver en mer avant de revenir à leur rivière d’origine, et portent de ce fait le nom de madeleineaux. Plusieurs restent deux ans ou plus en mer pour revenir, adultes, à la rivière. On désigne du nom d’« hiver marin » chaque intervalle passé en mer.

Site for the book's original English version : Sea Winter Salmon – Chronicles of the St. John River