Les pèlerins de la rivière St-Jean Chronique de saumons et de saumoniers

de Mari Hill Harpur avec Eileen Regan McCormack

La naissance d’une rivière se situe dans deux espaces-temps : le temps géologique et le temps narratif. La rivière Saint-Jean a commencé à se former après que le couvert de glace eut sculpté son sillage, au cours de la dernière glaciation. Elle a eu lieu dans une région qu’on désigne aujourd’hui du nom de Bouclier canadien, de Bouclier précambrien ou encore de Plateau laurentien. Son étendue couvre environ la moitié du Canada, presque tout le territoire du Groenland, ainsi qu’une partie du nord des États-Unis. C’est le plus ancien segment de la plaque nord-américaine. La région de la rivière est composée de roche métamorphique et de granite dévalant de la toundra arctique jusqu’au fleuve du St-Laurent et était un facteur important de la vie préhistorique. Dévalant depuis les hautes terres de la péninsule du Labrador, la rivière Saint-Jean poursuit aujourd’hui son cours vers les eaux salées, sur plus de 240 kilomètres, pour se jeter dans le fleuve Saint-Laurent. Telles sont les grandes lignes de l’histoire de cette rivière. C’est là où notre récit se déroule. Du loisir à la gestion intégrée des ressources, elle est une rivière qui a témoigné de l’histoire et de la science. Elle possède les mystères de la vie renaissante le long de ses côtes. D’y être, non comme intrus, mais comme invité observateur, est réellement prodigieux.

Salmon fishing on the Lower St. Lawrence. James J. Hill fishing Camp.

Site for the book's original English version : Sea Winter Salmon – Chronicles of the St. John River